Pour L'incalculable corps-glitch : un assemblage provisoire - sa première exposition solo au Québec - Marie-Ève Levasseur propose un corpus d'œuvres couvrant six années de travail, de 2016 à aujourd’hui, avec notamment de toutes nouvelles créations, dont une œuvre de réalité virtuelle réalisée dans le cadre d’une résidence à Sporobole.

Biographie

Marie-Eve Levasseur (*1985) vit et travaille actuellement à Montréal. Elle détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal (2008), une maîtrise (2014), ainsi qu’un diplôme de post-maîtrise (2016) à l’Académie des Arts Visuels de Leipzig, en Allemagne.

Son travail multidisciplinaire porte sur l’intimité, les interactions, les écosystèmes non humains, les dispositifs de médiation et la perception du langage et des images à travers les écrans. Elle questionne la proximité des surfaces technologiques et organiques dans un contexte post-humain.

Ses projets se nourrissent de science fiction féministe et font appel à la fabulation spéculative; des situations imaginées accompagnées de dispositifs fictifs et des extensions pour les êtres humains et non humains qui interrogent la proximité des surfaces technologiques et organiques.

https://marieevelevasseur.com/

 

À propos de Zoom Out

ZOOM OUT / SORTIR DE ZOOM

Micro momentum d’événements artistiques

Juillet – octobre 2022 | Sherbrooke

 

ZOOM OUT / SORTIR DE ZOOM est le thème d’un événement ponctuel à géométrie variable rassemblant plusieurs acteurs culturels autour d’une réflexion commune. Au-dehors des appellations habituelles – festival, biennale, triennale ou carnaval – ZOOM OUT / SORTIR DE ZOOM existe en tant que momentum d’activités artistiques, mettant en valeur la confluence de différentes programmations qui ont été réfléchies en commun et en parallèle, afin de renforcer la visibilité des organisations qui sont le cœur battant de la diffusion artistique à Sherbrooke.

Initié par Sporobole, ZOOM OUT / SORTIR DE ZOOM prend forme à travers la rencontre des propositions de la Galerie Antoine-Sirois de l’Université de Sherbrooke, de la Galerie Foreman de l’Université Bishop’s et du Musée des beaux-arts de Sherbrooke. À cela s’ajoutent une exposition et un lancement de publication dans la galerie de Sporobole; deux performances participatives, dont une au CASJB et l’autre dans l’espace public; ainsi qu’une soirée de performances à La petite boîte noire.

ZOOM OUT / SORTIR DE ZOOM s’étalera de juillet à octobre 2022, avec un moment fort les 8, 9 et 10 septembre 2022, comprenant des vernissages, des finissages, des lancements et des performances.

En espérant vous y voir nombreux !

Bon micro momentum

 

À propos du thème

ZOOM OUT / SORTIR DE ZOOM

Dans un monde où d’importantes portions de notre vie quotidienne tendent à s’abstraire et à se virtualiser, que deviennent nos espaces partagés et comment nos interactions se déploient-elles ? Le corps, dans ces espaces, est également mis en question : comment se trouve-t-il redéfini, resitué ? Car cadré à l’intérieur de l’écran – comme le désormais banal et quasi quotidien ‘Zoom meeting’ pandémique nous l’a démontré ces deux dernières années – le corps perd de sa consistance et de sa présence. Le visage est mis à l’avant-plan, puis le reste tombe dans le hors champ de l’écran.

D’une certaine manière, les technologies semblent vouloir nous pousser à oublier le corps, à le mettre de côté, à en faire quelque chose d’optionnel, à devenir une extension du numérique plutôt que l’inverse. Ce constat n’est pas nouveau, déjà Baudrillard dans les années 1990 nous faisait prendre conscience de la prolifération des écrans, puis, avant lui, Flusser rendait compte de la manière dont les dispositifs technologiques induisent nos gestes et non l’inverse. En revisitant Le langage des nouveaux médias (2010, trad) de Lev Manovich sur la question du corps et des interfaces, une référence au film Le Cobaye (The Lawnmower Man, 1992) nous rappelle à quel point l’imaginaire que nous projetons dans le monde virtuel est loin de la réalité – c’était le cas en 1992, ça l’est encore aujourd’hui.

Néanmoins ces mondes virtuels que nous créons incessamment, ces espaces constitués de 0 et de 1, sont des “constructions” qu’il convient de qualifier de réelles : elles participent de notre réalité au même titre que tout ce que contiennent nos environnements, immédiats ou non. Pour ZOOM OUT / SORTIR DE ZOOM, c’est la frontière entre ces espaces réels et virtuels, et leur porosité qui nous intéressent. De quelle manière ces espaces se contaminent-ils ? Comment leur croisement opère-t-il à la lisière de leur contour réciproque ? Et de quelle manière sommes-nous en mesure d’appréhender ces espaces hybrides comme corps agissants ?

Dans le cadre de ZOOM OUT/SORTIR DE ZOOM

Micro Momentum d’événements artistiques à Sherbrooke, en collaboration avec Sporobole

 

Vernissage le 10 septembre 2022 à 16 h

Visite commentée sur l’heure du lunch, aux 2 semainesLes jeudis 1er, 15 et 29 septembre, ainsi que le jeudi 13 octobre 2022, à midi.

Rencontre avec l’artiste le 6 octobre 2022 à 16 h 30 (durée 1 h)

 

Réunissant un large éventail de médiums et d’approches – allant de l’installation, à la vidéo, et la réalité augmentée et virtuelle – l’exposition pose un regard empathique sur le corps et sa réalité physique, sa dimension sensible et son potentiel d’émancipation et d’optimisation à travers la lentille technologique. 

L’incalculable corps glitch propose une réflexion qui ouvre un dialogue inter-espèces afin de réfléchir au système dans lequel nous vivons et ses futurs possibles.

 

Un opuscule a été conçu par Atelier Mille Mille à partir des textes de la codirectrice artistique de Sporobole Nathalie Bachand et de aenl.

À venir